Poster un nouveau sujet   Partagez | 
 

 i don't even know if i believe ft. elden & justine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  

PSEUDO : andy.
PRÉNOM : andréanne.
COMPTES : claire, frankie, elijah, clarence.
MESSAGES : 823
AVATAR : ali michael.
ÂGE : 27
LOCALISATION : montréal, qc
MÉTIER : conceptrice-rédactrice publicitaire junior.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
EQUIPE: mordred
AFFINITÉS:
MessageSujet: i don't even know if i believe ft. elden & justine.   Jeu 3 Mar - 6:43

…Vous avez 3 nouveaux messages. Premier message : « Salut, c’est Béa… Ju’, pourquoi tu réponds pas à ton criss de téléphone? Je viens de parler avec Sébastien. Il m’a dit que t’avais quitté Sid Lee… C’est une blague? Tu peux pas quitter ta job comme ça… Sérieux, réponds… Rappelle-moi. » Fin du message. Pour effacer ce message, appuyez sur le 7… beeep. Message suivant : « Allo, c’est maman. Béatrice vient tout juste de me téléphoner. Tu peux m’expliquer pourquoi elle prétend que tu as démissionné de ton emploi et qu’elle est soi-disant inquiète pour toi? T’es tombé sur la tête ou quoi? C’est n’importe quoi… J’arrive pas à croire que tu nous fais ça… Et tu vas faire quoi maintenant? Quand je vais dire ça à ton père… Donne des nouvelles. » Fin du message. Pour effacer ce message, appuyez sur le 7… beeep. Message suivant : « Yo Ju’… Qu’est-ce que tu fais ce soir? Netflix & chill? Hehe… Tu sais qui appeler. » Fin du message…

Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. Fuck it, les larmes seront pour plus tard. Faut dire que le dernier message m’a quelque peut redonner le sourire, dans tout le pathétisme dont celui-ci pouvait faire preuve. Je fixe mon téléphone un instant, tirant doucement et paisiblement sur ma cigarette avec la plus grande nonchalance du monde. Netflix & chill avec Simon, ce sera pour une autre fois, clairement. Pas que je manque quelque chose, le gars il est seulement bon lorsque je n’ai rien de prévu à mon horaire. Aussi triste et méchant que ça puisse l’être pour lui. On est tous le dernier choix de quelqu’un après tout. C’est l’histoire de la vie. Ou plutôt l’histoire d’une « date » Tinder. C’est à méditer. Je me décide finalement à envoyer un rapide texto à Béatrice, lui confirmant que je suis toujours vivante, qu’elle arrête de s’inquiéter et surtout qu’elle ne dise plus rien à ma mère. Cette idée de l’appeler aussi. J’aurais préféré qu’elle n’apprenne pas immédiatement les dernières nouvelles et qu’elle reste dans sa petite vie parfaite sans avoir à se soucier de mon bien-être. Parce que finalement, elle s’en foutait bien de ce que je pouvais ressentir, pourvu que je ne fasse pas une nouvelle connerie qui pourrait lui faire honte. Elle rattache beaucoup trop sa vie à la mienne, c’est agaçant. J’ai quitté mon emploi. L’emploi de rêve dont toute personne vivante ayant étudié en communication/marketing de ce monde rêverait d’avoir. Et bien, étant celle que je suis, j’ai claqué la porte derrière moi sans aucune once de regret. Il viendra plus tard ce foutu regret. Parce que pour être franche, ce n’est qu’une belle et grosse impulsion de ma part. Dans le genre que là ça va, mais impossible de prédire dans quel état je serais dans trois jours… une semaine… un mois. Je crois que si on me demandait maintenant pourquoi j’avais agi de la sorte, je n’arriverais même pas à sortir une réponse potable et pleine de bon sens. Je n’ai pas d’explication valable ou de justification significative à donner pour mon comportement. Tout comme je n’ai jamais compris pourquoi j’avais cette tendance à vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas et que j’ai un niveau de curiosité plus grand que la moyenne. Je sais juste que depuis la fin de Thrown Dice, depuis que j’ai supposément tourné la page sur cette belle pseudo aventure de fausse réalité filmée, je me sens étouffée dans mon petit quotidien banal et emmerdant. Pourtant je l’aimais bien ma vie, je crois même que je l’aime encore. J’ai juste besoin d’autre chose. Être assis derrière mon ordinateur de neuf à cinq ne me plait plus. Allez prendre une bière avec des amis mes semble presque ennuyant. Me ramener le premier à me tomber sous le nez dans un bar et ne pas me rendre compte qu’il est un laideron parce que je suis complètement bourrée n’a absolument rien de satisfaisant. C’est même terriblement pathétique, mais je crois que je préfère ne pas trop y réfléchir. Je veux juste plus. Je veux tout et tout de suite. Et ma porte de sortie a été de tout foutre dans un sac à dos et prendre le prochain vol pour Londres. Et pas une seconde je me suis dit que ça inquièterait mon entourage de disparaitre sur un coup de tête. Ce qui est franchement con lorsqu’on y réfléchit un peu, ce que je n’ai pas l’habitude de faire dans ce genre de situation. J’agis et je pense par la suite. C’est logique. Pour moi, c’est logique. Ce qui l’aurait été encore plus… Prendre le vol pour Paris et non pour Londres et débarquer chez Isidore. Ouais, le babe ne sera pas heureux de savoir que je suis de l’autre côté de l’océan et que je n’ai même pas daigné l’en informer. Au pire, je ne passe que quelques jours ici et je prends une autre direction lorsque j’en aurai envie. Je n’ai pas de plan. Je me laisse guider par le vent. Ou plutôt par l’autobus dans lequel j’embarque après avoir écrasé ma cigarette au sol. Finalement je ne suis pas certaine d’être dans la bonne direction. Bof, on verra bien. J’ai une adresse dans mon téléphone. Elle est peut-être fausse. Il serait connard de m’avoir fourni une mauvaise adresse. Surtout après la nuit qu’on a passée ensemble lors de la soirée d’Halloween il y a déjà quelques mois. Ouep, je me suis fait Elden. Et c’était plutôt bien. Je ne pensais pas franchement le revoir et je m’étais un peu donné comme mission de voir ce qu’il avait dans le pantalon. Parce que bon, ça aurait pu être un grand parleur… petit faiseur. Il a mérité une bonne note finalement. Et je sais pas, je me dis que je suis peut-être désespérée finalement, lorsque mon doigt vient s’enfoncer dans la sonnette, passant ma main dans mes cheveux en bataille, prenant conscience que je dois avoir une gueule dégueulasse d’une fille qui est en décalage horaire. Bref, je dois être fabuleuse et merveilleusement belle. T’es vraiment conne Justine… Une belle conne. La porte ouvre, je fixe l’animateur abordant cet air décontracté et presque blasé. « Salut. Je passais dans le coin. » Ouais, même pas un petit détour de questions millier de kilomètres. Genre, y’a rien là. « Je voulais t’appeler, pour que tu te bouges le cul et que tu viennes me chercher à l’aéroport… mais ô misère, j’ai perdu ton numéro. » J’ai toujours autant de tact et de délicatesse. Évidemment, j’accorde mon entrée fracassante avec le sourire de la plus grosse chieuse de l’univers. Genre, mon ptit Elden, tu pensais ne plus jamais ne m’avoir dans les pattes… Et bah j’ai des petites nouvelles pour toi. « Je peux entrer? T’as pas l’air très occupé. » À moins qu’il avait de la compagnie déjà. J’essaie de subtilement - c’est-à-dire aucunement – de regarder à l’intérieur de son logement sans grand succès. Et finalement j’essaie surtout de saisir si ça lui fait plaisir de me voir… Parce que sinon, mon séjour en Angleterre risque d’être chiant.

_________________

between the click of
the light and the start of
the dream.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  

PSEUDO : MISCHIEF INSANE.
PRÉNOM : CHARLOTTE.
COMPTES : M/I/I/ALFIE/ANGY/WES.
MESSAGES : 1765
AVATAR : JOEL KINNAMAN.
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: i don't even know if i believe ft. elden & justine.   Dim 6 Mar - 5:27

Son trois-pièces empestait la clope, la junk food et le renfermé. C'était le cas chaque fois qu'il le prêtait à Greg, ou à n'importe quel autre de ses potes fainéants et bordéliques, qui le faisaient presque passer pour un modèle de propreté et d'organisation. Elden avait passé plusieurs semaines loin de son pied-à-terre londonien, et ne l'avait réinvesti que lorsqu'un coup de téléphone l'avait contraint à regagner l'Angleterre, qu'il n'avait pas quitté avec d'infinis regrets lorsque la BBC lui avait fait comprendre, quelques mois plus tôt, qu'il n'aurait peut être plus à jouer les marioles psychorigides et à se tenir dans l'ombre de la première pistonnée venue. Il l'aimait, ce job, mais il aimait moins l'exercer dans cette ville ennuyeuse, auprès d'une minette qu'il jalousait malgré lui, et au milieu d'un luxe qu'il feignait d'adorer mais qui en vérité le mettait mal à l'aise. Parce qu'Elden était un aventurier dans l'âme, un homme taillé pour des défis autrement plus corsés et honorables que de lire un prompteur les muscles écrasés sous un costume hors de prix. Parce qu'il avait appris la débrouille, notamment à l'époque où il s'était improvisé aventurier sur les plages malaisiennes, au coin d'une cabane de fortune et d'insectes pas très accueillants. Alors oui, le trentenaire ne s'était pas fait prier pour retrouver son pays natal lorsqu'il avait été libéré des obligations qui le retenaient jusqu'ici en terres anglaises. Et pourtant, lorsque l'autre jour cette même voix froide l'avait recontacté pour l'informer des derniers événements, c'est presque un soulagement qui l'avait envahi, tandis qu'il apprenait que son boulot, s'il y tenait toujours, serait encore d'actualité s'il ramenait ses fesses à Londres par le premier train. C'est alors ce qu'il avait fait, si tôt la nouvelle apprise, sans oser s'avouer qu'il n'aurait peut être pas su quoi faire de sa vie s'il ne s'était pas vu offrir l'occasion de redevenir l'un des rouages de cette grosse machine qu'était Thrown Dice. Une machine dont il dépendait probablement plus qu'il ne voulait bien se l'avouer. Peut être aurait-il retrouvé du boulot dans une boîte de production, à La Haye ou ailleurs, ou peut être aurait-il fait le bonheur de son père en se rapprochant de la carrière sportive dont il s'était éloigné des années plus tôt. Une chose était en tout cas certaine, il avait retrouvé son appartement avec un certain plaisir, tout comme il n'en avait pas admiré la vue avec la même médisance que d'habitude. Réinvestissant les lieux depuis le début de la semaine, le néerlandais peinait encore aujourd'hui à y effacer les traces du séjour de ce bon vieux Greg, mais se surprenait néanmoins à apprécier de retrouver cette garçonnière un peu en désordre, plus chaleureuse que la compagnie de n'importe quel anglais. Et pourtant, il résonnait encore dans un coin de son esprit sa dernière conversation avec les producteurs de l'émission, quelques jours plus tôt. Ce que ces derniers lui avaient appris, aussi bien sur le départ de Loreen que sur ce qu'il changeait, ou plutôt ne changeait pas le concernant. Des nouvelles contrariantes, qui chaque fois qu'il y repensait savaient gommé son air contenté et lui redonner cette mine grave qu'on lui connaissait si bien. C'est alors un bruit auquel il n'était pas encore complètement habitué qui vint le tirer de ses réflexions, le laissant interdit l'espace de quelques secondes avant qu'il ne se décide à marcher en direction de la porte, celle-ci s'ouvrant bientôt sur la silhouette de Justine. Une silhouette certes familière, mais qu'il ne s'attendait pas pour autant à voir apparaître. L'air perplexe, il l'écouta alors avancer une excuse plus ou moins convaincante quant à la raison de sa présence sur le pas de cette porte, avant de pousser un léger soupire. « Mais pas mon adresse. » Et s'il prenait cet air las, c'est simplement parce qu'il n'aimait généralement pas qu'on le place devant le fait accompli. La présence de la jeune femme n'avait en elle-même rien d'une épreuve, bien qu'il ne l'admettrait jamais aussi clairement. « Vas-y, entre. Je rangeais simplement deux-trois trucs. » Ce qui n'était que moyennement vrai, puisqu'il faisait en vérité traîner les choses depuis son retour, s’accommodant malgré lui d'un désordre dont il n'avait pas encore vraiment eu le courage de s'occuper. « Mais je suis loin d'avoir terminé, alors … fais pas attention au bordel. J'ai prêté l'appart' à un pote pendant que j'étais à La Haye, et ce mec est un vrai porc. » Car si lui-même n'avait pas d'un célibataire que le nom, il avait pour autant la prétention de penser que cet appartement aurait bien meilleure allure si personne d'autre que lui n'y avait séjourné ces derniers mois. « Pousse les manettes si tu veux t’asseoir. » Il reprit, après quelques secondes, en désignant le canapé sur lequel trônait toutes sortes d’accessoires de jeu qu'il avait laissé en l'état pour la simple et bonne raison qu'ils ne lui appartenaient pas et qu'il ne savait pas où les ranger en attendant que son ami les récupère. « Tu veux une bière ? » C'était à peu près la seule chose qu'on pouvait trouver dans son frigo, lui qui le plus souvent ne jurait que par les boissons hyper-protéinées que lui imposait son régime, mais qui comme tout hollandais qui se respecte ne résistait jamais à l'appel d'une bonne bière. « Je sais pas ce que tu fous à Londres, mais si t'as une mauvaise nouvelle à m'annoncer, j'aime autant que tu fasses pas trop durer le suspense. » Il ajouta finalement, en se tournant vers elle. Parce qu'il ne pouvait pas prétendre connaître les raisons qui l'avaient menée jusqu'ici, et c'était bien ce qui l'inquiétait. Justine n'était pas du coin, il le savait aussi bien pour l'avoir étudiée au même titre que ses anciens camarades du temps où la moindre de leurs conversations servait à nourrir ses rubriques, que pour s'être rapproché d'elle - et pas qu'un peu - à Halloween. Alors quoi qui ait pu l'inciter à faire le déplacement aujourd'hui, il ne voyait à cet instant qu'une chose : c'était chez lui qu'elle avait débarqué, sur son canapé qu'elle s'était assise, et sur son épaule qu'elle viendrait peut être chouiner si elle s'était faite larguer par un abruti ou qu'elle avait hérité d'un polichinelle dans le tiroir.

_________________
so you think you got me figured out. won't you go ahead and tell me what i'm all about. you know I'm dying to hear it.
Revenir en haut Aller en bas
 

i don't even know if i believe ft. elden & justine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Courrier de Mickey
» Vos BJD Vs Les compagnies
» Production photo du mardi 6 juillet - Erwan Morère
» [Sade] Les infortunes de la vertu.
» Sarabinders Justine????
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: LONDRES ET SES ENVIRONS :: Le Royaume Uni :: LONDRES-
Poster un nouveau sujet   Sauter vers: